Mettre à jour Internet Explorer

Vers la généralisation du télétravail ?

Vers la généralisation du télétravail ?

Publié le 18 mai 2020
Vers la généralisation du télétravail ?

Le confinement a forcé les salariés à télétravailler pendant 2 mois. Selon un récent sondage de Deskeo, 62% des salariés souhaiteraient continuer le télétravail, même après le confinement. Plusieurs sociétés ont d’ores et déjà annoncé la généralisation de la pratique : PSA, Google, ou encore Facebook.
Cela aura forcément des conséquences sur les décisions immobilières. Mais comme toute décision, elle devra être prise en ayant connaissance des freins et des avantages induits par le télétravail. Les entreprises devront adapter leurs organisations en ayant bien analysé tous les risques.

Gain de temps et de concentration


Comme le dit l’adage : "le temps est notre bien le plus précieux". Le formidable gain de temps permet au salarié de travailler en toute sérénité. En Ile-de-France, le temps de transports peut très vite avoisiner 2 heures journalières.
Le télétravail permet, en outre, de pouvoir s’échapper d’un open-space bruyant et dérangeant. Le salarié, plus concentré, pourra faire preuve d’une productivité à toute épreuve.
Gain de temps, moins de stress, salarié plus autonome, plus responsable et plus productif, les avantages font rêver. Mais quels sont les risques à éviter ?

TÉMOIGNAGE D’INSAF, ASSISTANTE CHEZ EVOLIS, PAS D’ENFANT A CHARGE ET BÉNÉFICIE D’UN ESPACE BUREAU A SON DOMICILE

"Concernant le télétravail je partais d’un postulat assez négatif. Je n’en avais jamais vraiment fait avant mais j’entendais souvent des personnes se plaindre du manque de distinction entre vie privée et vie professionnelle. Plusieurs semaines de pratique après je peux enfin me faire mon propre avis : je n’ai jamais eu un tel équilibre entre les deux pans de ma vie !
Non seulement heureuse de ne plus passer un temps considérable dans les transports, toutes mes habitudes ont changé ! Je ne rentre plus épuisée et l’état de mes nerfs ne dépend plus des aléas des transports parisiens ! Je peux enfin profiter de chaque minute de mon temps. Si mon énergie était un compte en banque, alors je dirai que je n’ai plus de « faux-frais » (ou si peu) !

L’aspect « home » de ce « home office » m’a donc rapidement convaincu. Concernant le côté « Office » et bien … Je ne me suis jamais sentie aussi proche de mes collègues qu’en cette période de distanciation sociale !! Non seulement le travail à distance nous impose de beaucoup plus communiquer professionnellement parlant mais nous nous retrouvons à nous parler presque quotidiennement sur un aspect beaucoup plus personnel. La distance crée le manque et renforce les liens, c’est bien connu ! Quand avant nous expédions des mails ou des SMS rapidement car nous savions qu’au pire nous allions nous croiser plus tard, maintenant nous prenons le temps d’être plus clairs dans nos demandes et nos attentes. Nous n’hésitons pas à nous appeler pour expliquer à l’autre et nous sommes plus attentif au retour exprimé.

Alors bien entendu tout est une question d’organisation et il est vrai qu’il est parfois compliqué de rester totalement concentré quand une autre personne du foyer nous parle ou occupe son temps à grand renfort de bruits « parasites »… Mais est-ce si loin du collègue d’open-space qui parle trop fort au téléphone ou raconte son week-end à la machine à café ? Ce collègue qu’il me tarde tout de même de revoir autour d’un déjeuner ou lors d’un afterwork ! "

Autodiscipline et organisation sont les maîtres-mots

Il est vrai que travailler de chez soi exige une certaine autodiscipline et une organisation sans faille. Le salarié souhaitant travailler en horaire décalé pourrait potentiellement être isolé du reste de la société et ne pas favoriser la collaboration.
La barrière virtuelle entre la vie personnelle et la vie professionnelle a tendance à s’estomper avec le temps. Très rapidement, le salarié se met à consulter ses mails ou ses appels téléphonique en dehors de ses horaires de travail habituels. C’est nettement plus facile lorsque le salarié a dédié un espace bureau à son domicile et détient une connexion suffisante.
Evidemment, la mise en place d’outils numériques pour accéder à ses fichiers à distance ou faire une visio-conférence avec ses collègues est indispensable.
Une autre question à se poser est de savoir comment gérer les jeunes générations, qui ont besoin de s’appuyer sur un référent, un coach ou un collègue plus âgé pour gagner en expertise. A distance, ces points sont plus complexes à gérer. Une modification des pratiques managériales est donc très importante pour ne pas isoler ces jeunes actifs.

L’organisation est d’autant plus indispensable pour les salariés avec enfants qui pourraient avoir besoin d’horaires différents.
Il ne faut pas négliger non plus le côté stimulant d’être en contact avec les équipes commerciales : cela permet d’être plus dynamique et favoriser l’émulation de projet.
Sur le long terme, il est également important de souligner que le sentiment d’appartenance à l’entreprise pourrait être nettement plus difficile à tisser et générer un certain manque d’enthousiasme.

TÉMOIGNAGE DE QUENTIN, CHARGE D’ETUDES CHEZ EVOLIS, SANS ENFANT

"Dans mon travail quotidien de veille et de gestion de bases de données, travailler en double écran est indispensable. Cela rend toutes les tâches plus fluides comme il est constamment question de jongler entre les différentes fenêtres. Il en est de même pour la connexion internet : ne pas disposer d’une connexion performante pourrait être très gênante. En télétravail, nous nous sommes rendus compte qu’il était très important de disposer d’un bon équipement de bureau car cela impacte le rythme de travail".

Economie et gain de productivité pour l’entreprise

Les avantages pour l’entreprise ne sont pas à négliger. L’absentéisme et les retards seront amoindris et le turn-over de salariés dans l’entreprise plus maîtrisé. Le point le plus recherché par les entreprises réside surtout dans les potentielles économies générées par la mise en place du télétravail : besoin de moins de postes de travail, donc moins d’espace à louer au siège et réduction des frais généraux.
Et bien entendu, des salariés plus détendus permet à l’entreprise d’avoir des salariés plus productifs.
Au-delà des aspects budgétaires, le télétravail est devenu un argument RH. Les générations Y sont friandes des nouvelles organisations de travail permettant une plus grande flexibilité et un meilleur bien-être. La mise en place du télétravail en entreprise est également un bon moyen de montrer la modernité et le dynamisme d’une entreprise qui a su s’adapter aux attentes de cette nouvelle génération.

TÉMOIGNAGE DE CYNTHIA, DOCUMENTALISTE CHEZ EVOLIS, SANS ENFANT ET TELETRAVAILLE A 100% DEPUIS 3 MOIS

"Globalement, mon bilan concernant le télétravail est positif. Je suis une personne organisée et rigoureuse, donc l’autonomie ne me pose pas de problème. Je peux travailler seule à domicile sans que cela n’ait de conséquence sur la qualité de mon travail ni dans l’atteinte de mes objectifs. Ce qui me manque le plus c’est les échanges de visu avec les collègues, car un mail ou un appel ne remplace pas les échanges en face à face. Et bien sûr étant dans un service où nous ne sommes que deux, il faut que la communication et la confiance soient au rendez-vous pour que cela fonctionne bien. J’ai de la chance d’avoir un binôme avec qui tout fonctionne très bien grâce à l’entraide et l’empathie réciproque. Enfin, je pense que le télétravail peut être bénéfique autant du côté du salarié que de l’employeur."

Nos conseils :

  1. Mettre en place des appels et réunions virtuelles régulièrement pour lutter contre l’isolement
  2. Repenser son management pour ne pas négliger les jeunes générations et favoriser le travail d’équipe
  3. Mettre en place des outils numériques suffisants (visio-conférence, chat, VPN, PC portable et téléphone …)
  4. Le salarié doit bénéficier d’un poste de travail confortable à la maison
  5. Gérer le sentiment d’appartenance à l’entreprise (mise en place de séminaire ou de soirée…)

TÉMOIGNAGE DE LAURE, CHARGEE DE MARKETING CHEZ EVOLIS, MAMAN DE 3 ENFANTS

"Le télétravail forcé pendant le coronavirus a-t-il changé ma vision ?
Non ! j’étais déjà convaincue des bienfaits du télétravail avant la crise coronavirus car il m’offre un bien meilleur cadre de vie, m’épargnant les transports en commun et me donnant donc davantage de temps à passer avec ma famille.
Télétravailler impose d’être organisée, rigoureuse, de savoir se fixer des objectifs à tenir chaque jour et d’être transparente, mais il faut également s’astreindre à couper du travail et s’imposer des temps de pause, car le risque en restant travailler à son domicile, est de perdre un peu la notion du temps et de risquer le burn-out.
Je souhaite poursuivre le télétravail après le déconfinement autant que possible, sans perdre le contact avec la société, c’est pourquoi je pense qu’il est nécessaire de venir de temps à autre travailler au siège. L’autre raison qui me fait pencher pour un télétravail plus intensif, c’est que je ne pense pas être en capacité de revenir au rythme soutenu métro-boulot-dodo du jour au lendemain. Après 2 mois, le temps de réadaptation peut être plus ou moins long et je crains un petit passage à vide (même si je ne rêve que d’une chose pouvoir confier mes enfants et souffler un peu !). Les employeurs vont devoir être accommodants et mettre en place des accompagnements pour leurs salariés."

Les décisions immobilières : la solution se trouve dans le juste milieu


Alors : télétravail ou pas télétravail ?

Pourquoi choisir ?
La solution réside certainement dans le juste milieu : plusieurs jours de télétravail et plusieurs jours de présence au bureau par semaine. Les bureaux ne disparaissent pas mais se veulent désormais comme un lieu d’échange et de créativité. La vision que nous avions du bureau appartient désormais au passé. Les entreprises sont conscientes que des aménagements vont être nécessaires pour le retour des salariés.

La crise sanitaire a entraîné une véritable prise de conscience pour les salariés et pour les entreprises, qui pourraient envisager d’adopter le flex-office et le télétravail. Economiser sur l’immobilier sera alors possible. Pour parvenir à leurs fins, plusieurs solutions s’offrent à elles :

  1. Recherche un nouveau local plus petit et gérer l’aménagement par elles-mêmes avec un bail classique
  2. Recourir à des sociétés d’aménagement sur-mesure ou louer un espace privatif en espace de coworking, proposant des solutions de baux plus flexibles

TÉMOIGNAGE DE DANIEL, DIRECTEUR POLE PARIS & SAO CHEZ EVOLIS

"En préambule, je pense que le travail à domicile est globalement une facilité appréciable pour l’essentiel des collaborateurs. Une fois qu’on a dit cela, son efficacité est liée d’une part à l’individu mais aussi à la nature du travail concerné. En effet, le télétravail ne s’adresse pas à toutes les professions du secteur tertiaire. Certains métiers nécessitent de l’interaction entre les salariés alors que d’autres (plus administratifs) sont plus solitaires !

Il convient donc d’adapter le télétravail à la fonction occupée dans l’entreprise. Mais c’est aussi liée à la personnalité du salarié. Il peut être vécu comme une grande liberté mais aussi comme un isolement pouvant entrainer une certaine déprime ou mal être.

Le grand avantage du télétravail reste le gain de temps économisé dans les transports. En effet, les difficultés des transports en commun ou les embouteillages restent un facteur de stress donc nuit à la performance !
Le deuxième avantage important est la liberté des horaires. Télétravailler c’est aussi s’accorder du temps à des horaires inhabituels en pleine journée que l’on peut compenser durant l’heure du déjeuner ou le soir après les heures « traditionnelles » de bureau. Ce sentiment de liberté est très appréciable pour concilier le travail et le quotidien.

Attention tout de même aux personnes étant moins performantes pour s’organiser. D’un côté on peut très vite se laisser déborder dans un sens ou dans un autre ! Par exemple, certains pourront ne jamais s’arrêter de travailler de 8H30 à 23H et s’épuiser donc développer une certaine déprime. Et d’un autre, certains seront plus négligents et accumuleront du retard. L’autodiscipline est donc un prérequis pour être efficaces.

Enfin, le principal « inconvénient » reste l’isolement lié au télétravail avec un manque d’interaction avec ses collègues et donc trop peu d’échanges sociaux, sources d’épanouissement pour tout le monde. Certains même en ont trop besoin pour travailler sur le long terme à la maison (ce qui est mon cas).

En conclusion, il convient, à mon sens, d’individualiser le télétravail à chacun en fonction de sa personnalité et de sa fonction.
Enfin, je pense qu’il faut trouver un équilibre pour chacun. 100% de télétravail ou 100% de travail n’est donc pas la solution et s’apparente plus à du dogmatisme. Charge à l’employeur de trouver le bon équilibre pour une productivité optimum."

Dans tous les cas, Evolis vous conseille

Pour toutes ces solutions, Evolis vous conseille. Notre entreprise pratique depuis l’année dernière le télétravail régulier et le flex-office a été mis en place depuis janvier 2020 au sein du siège. Ce dernier a d’ailleurs été transféré dans un espace privatif en centre de coworking.

LE MOT DE LA FIN : GUILLAUME DECHERT, DIRECTEUR COMMERCIAL D’EVOLIS

"Les salariés Evolis sont principalement des commerciaux, absents de leurs bureaux la moitié du temps pour se rendre en rendez-vous. Avec la mise en place du télétravail pour les fonctions supports, faire le choix du flex-office était une évidence.
Le télétravail pour les fonctions supports s’est très bien passé. Aucune démotivation ou manque d’implication n’a été observé. Au contraire, les personnes concernées sont au moins aussi efficaces en télétravail qu’au bureau.
Après la crise sanitaire, les entreprises vont certainement consommer moins de surfaces, le stock disponible pourrait s’alourdir et donc un impact sur les prix ou les loyers à prévoir. Il reste à voir dans quelle proportion. En parallèle, les coworkers pourraient éventuellement devoir adapter leurs prix pour capter la clientèle. Dans une période de crise ou d’incertitudes, les baux longs peuvent effrayer les entreprises, qui auront certainement tendance à préférer des solutions plus flexibles."

Sources : Evolis, Deskeo, BFM Business, Capital.

Revenir en début de page