Mettre à jour Internet Explorer

Redémarrage de l’activité économique bordelaise

Redémarrage de l’activité économique bordelaise

Publié le 24 novembre 2020
Redémarrage de l'activité économique bordelaise

Evolis publie « L’Essentiel’Immo » au 3ème trimestre 2020.

Voici les informations à retenir :

Résilience bordelaise

Ralentie par la première vague de la crise sanitaire, l’activité économique bordelaise redémarre et enregistre des résultats encourageants au troisième trimestre. Cette reprise se traduit, notamment, par un nombre élevé de créations d’entreprises à l’échelle départementale. Elle se retrouve également dans la poursuite et l’intensification des différents grands projets d’urbanisme de la métropole girondine à l’instar du quartier « Euratlantique » qui, pour ses 10 ans, se prépare à rentrer dans une nouvelle phase de transformation plus visible du paysage urbain.

Cette capacité de redémarrage de l’économie impacte également l’immobilier d’entreprise. L’Observatoire de l’Immobilier d’Entreprise Bordeaux Métropole (OIEB traitement a’urba) note, en effet, des bons résultats d’ensemble. Dans un contexte toujours difficile, le marché des bureaux rebondit : près de 49 000 m² supplémentaires ont été placés, portant le total annuel à 90 200 m². La dynamique du placement des surfaces neuves soutient pleinement cette reprise. L’OIEB note cependant que la très grande majorité des des transactions signées en 2020 concernent toujours des petites surfaces : plus de 80 % d’entre elles sont inférieures à 500 m². Une tendance confirmée par les équipes d’Evolis qui notent une forte activité sur les petites et moyennes surfaces quand le marché des grandes surfaces est quasiment à l’arrêt. L’observatoire fait également état de la progression de l’offre à un an (+ 13 %), une hausse soutenue par les futures livraisons de programmes neufs.

Dans la continuité du premier semestre, les marchés des locaux d’activités et des entrepôts sont toujours aussi dynamiques : la crise ne semble pas être en mesure de les ralentir. Toujours selon l’OIEB, la demande placée cumulée atteint plus de 220 000 m². Les marchés des surfaces neuves se montrent également actifs sur ces types de biens : 9 comptes propres ont, par exemple, été signés au cours des trois premiers trimestres. Les futures livraisons impactent l’offre à un an qui repart à nouveau à la hausse.

Enfin, le marché de l’investissement a profité d’un effet de rattrapage : une partie des transactions qui n’avaient pas pu être signées pendant le confinement ont finalement été actées cet été. Les acquéreurs ont investi près de 85 M€ supplémentaires, pour un total annuel de plus de 220 M€. Sur l’ensemble des neuf premiers mois de l’année, près du tiers des signatures concernent des ventes en l’état futur d’achèvement : les investisseurs sont également confiants quant au potentiel des programmes neufs.

Sources : OIEB Traitement a’urba, Evolis.

Revenir en début de page